Qu’est-ce qu’un REÉR et en quoi peut-il vous aider dans votre planification fiscale ?

Le Régime Enregistré d’Épargne Retraite est un programme instauré par les gouvernements du Canada et du Québec afin de motiver les contribuables à épargner en vue de leur retraite.  Souvent identifié à tort comme un moyen d’échapper au fisc, le REÉR est plutôt un véhicule qui permet de reporter le paiement de l’impôt. En fait, les sommes investies dans un REÉR sont déduites du revenu imposable du contribuable, ce qui permet de baisser votre facture fiscale.   Lorsque les sommes seront dés enregistrées et encaissées par le contribuable à sa retraite, ce dernier sera alors imposé.  Puisque notre système fiscale est basé sur un taux d’imposition progressif, c’est-à-dire que plus vos revenus sont élevés, plus le taux d’imposition est élevé, il faut présumer que vos revenus à la retraite seront moins élevés que lors de période active professionnellement, vous devriez théoriquement payer moins d’impôts sur vos encaissements REÉR que les économies réalisées au moment d’acheter vos REÉR. Il y a cependant des pièges à éviter et nous les aborderons dans le cadre de notre formation « ABC de l’impôt pour abaisser votre charge fiscale ».  

Élizabeth et Luigi sont collègues et leur profil professionnel leur confère un salaire brut annuel identique de 50 000 $.  À la fin mars, Élizabeth, tout heureuse, mentionne à Luigi que son comptable vient de l’appeler pour lui annoncer qu’elle aura droit à un remboursement d’impôt de 2 000 $.  Luigi est stupéfait car il a été informé hier qu’il devait rembourser aux autorités gouvernementales une somme de 1 000 $.  Non seulement Luigi est quelque peu déçu, mais il remet en doute les compétences de son comptable.  Le doute de Luigi est-il légitime ? 

Il est beaucoup trop tôt pour laisser planer une incertitude sur les compétences de son comptable.  En fait, le résultat de la déclaration d’impôt n’est absolument pas représentatif de votre charge fiscale.  Le remboursement ou la somme à payer est la différence entre votre charge fiscale personnelle et les sommes versées durant ciblée par votre déclaration.  Donc, le remboursement ou la somme à payer dépend de deux éléments, soient votre charge d’impôt et des impôts payés durant l’année. À son tour, la charge fiscale d’une année dépend des revenus gagnés et de vos crédits d’impôts personnels.  Alors, même si le salaire brut d’Élizabeth et de Luigi sont comparables,  il est presqu’impossible que le résultat final de la déclaration d’impôt de nos deux collègues soient similaires.

Claude et Doris sont mariés et partenaires en affaires.   Ils opèrent une jeune entreprise œuvrant dans le secteur de la construction sous le nom de « Les entreprises Clauris inc. ».  Nos deux complices, qui travaillent tous deux à temps plein dans l’entreprise, s’investissent corps et âme dans l’entreprise et ils sont préoccupés par leur mode de rémunération.  Est-il préférable de se payer en salaire ou bien en dividendes ?

Si la question semble simple, la réponse ne l’est pas autant.  Mais c’est une question prioritaire pour tout entrepreneur qui est incorporé (société par actions). Si on se verse un salaire, ce dernier a l’avantage d’être une dépense déductible d’impôt pour votre entreprise.  Cependant, le taux d’imposition du salaire est généralement plus élevé que le dividende pour le particulier.  De son côté, le dividende est la redistribution des bénéfices dégagés par une entreprise, une fois les impôts payés.  Le dividende n’est pas une charge ou une dépense, par conséquent, il ne donne pas droit à une déduction d’impôts pour l’entreprise et même si des impôts ont déjà été payés par l’entreprise sur les bénéfices distribués.  Pour sa part, l’actionnaire qui reçoit les dividendes sera imposé, d’où le concept de double imposition.  Heureusement, le taux d’impôt des particuliers sur les dividendes est généralement moindre que celui d’un salaire ! Pour répondre à Claude et Doris, il faut considérer plusieurs facteurs, dont leur crédits d’impôts personnels, leur situation financière individuelle ainsi que celle de leur entreprise et enfin, leurs objectifs, autant personnels que professionnels.  Vous l’aurez deviné, nous aborderons ce délicat sujet dans la formation « ABC de l’impôt pour abaisser votre charge fiscale ».  

Vous souhaitez en apprendre davantage sur le sujet ?

Inscrivez-vous à notre formation L'ABC de l’impôt pour abaisser votre charge fiscale

Date 4 février – 8h30 à 16h30 Tarif 549,95$ ACTUELLEMENT EN PROMO, OBTENEZ UN RABAIS DE 20% Formateur Réal Petitclerc  

S'INSCRIRE À UNE FORMATION

L’ABC de l’impôt pour abaisser votre charge fiscale

12 janvier 2022

Qu’est-ce qu’un REÉR et en quoi peut-il vous aider dans votre planification fiscale ?

Le Régime Enregistré d’Épargne Retraite est un programme instauré par les gouvernements du Canada et du Québec afin de motiver les contribuables à épargner en vue de leur retraite.  Souvent identifié à tort comme un moyen d’échapper au fisc, le REÉR est plutôt un véhicule qui permet de reporter le paiement de l’impôt.

En fait, les sommes investies dans un REÉR sont déduites du revenu imposable du contribuable, ce qui permet de baisser votre facture fiscale.   Lorsque les sommes seront dés enregistrées et encaissées par le contribuable à sa retraite, ce dernier sera alors imposé.  Puisque notre système fiscale est basé sur un taux d’imposition progressif, c’est-à-dire que plus vos revenus sont élevés, plus le taux d’imposition est élevé, il faut présumer que vos revenus à la retraite seront moins élevés que lors de période active professionnellement, vous devriez théoriquement payer moins d’impôts sur vos encaissements REÉR que les économies réalisées au moment d’acheter vos REÉR.

Il y a cependant des pièges à éviter et nous les aborderons dans le cadre de notre formation « ABC de l’impôt pour abaisser votre charge fiscale ».

 

Élizabeth et Luigi sont collègues et leur profil professionnel leur confère un salaire brut annuel identique de 50 000 $.  À la fin mars, Élizabeth, tout heureuse, mentionne à Luigi que son comptable vient de l’appeler pour lui annoncer qu’elle aura droit à un remboursement d’impôt de 2 000 $.  Luigi est stupéfait car il a été informé hier qu’il devait rembourser aux autorités gouvernementales une somme de 1 000 $.  Non seulement Luigi est quelque peu déçu, mais il remet en doute les compétences de son comptable.  Le doute de Luigi est-il légitime ? 

Il est beaucoup trop tôt pour laisser planer une incertitude sur les compétences de son comptable.  En fait, le résultat de la déclaration d’impôt n’est absolument pas représentatif de votre charge fiscale.  Le remboursement ou la somme à payer est la différence entre votre charge fiscale personnelle et les sommes versées durant ciblée par votre déclaration.  Donc, le remboursement ou la somme à payer dépend de deux éléments, soient votre charge d’impôt et des impôts payés durant l’année.

À son tour, la charge fiscale d’une année dépend des revenus gagnés et de vos crédits d’impôts personnels.  Alors, même si le salaire brut d’Élizabeth et de Luigi sont comparables,  il est presqu’impossible que le résultat final de la déclaration d’impôt de nos deux collègues soient similaires.

Claude et Doris sont mariés et partenaires en affaires.   Ils opèrent une jeune entreprise œuvrant dans le secteur de la construction sous le nom de « Les entreprises Clauris inc. ».  Nos deux complices, qui travaillent tous deux à temps plein dans l’entreprise, s’investissent corps et âme dans l’entreprise et ils sont préoccupés par leur mode de rémunération.  Est-il préférable de se payer en salaire ou bien en dividendes ?

Si la question semble simple, la réponse ne l’est pas autant.  Mais c’est une question prioritaire pour tout entrepreneur qui est incorporé (société par actions).

Si on se verse un salaire, ce dernier a l’avantage d’être une dépense déductible d’impôt pour votre entreprise.  Cependant, le taux d’imposition du salaire est généralement plus élevé que le dividende pour le particulier.  De son côté, le dividende est la redistribution des bénéfices dégagés par une entreprise, une fois les impôts payés.  Le dividende n’est pas une charge ou une dépense, par conséquent, il ne donne pas droit à une déduction d’impôts pour l’entreprise et même si des impôts ont déjà été payés par l’entreprise sur les bénéfices distribués.  Pour sa part, l’actionnaire qui reçoit les dividendes sera imposé, d’où le concept de double imposition.  Heureusement, le taux d’impôt des particuliers sur les dividendes est généralement moindre que celui d’un salaire !

Pour répondre à Claude et Doris, il faut considérer plusieurs facteurs, dont leur crédits d’impôts personnels, leur situation financière individuelle ainsi que celle de leur entreprise et enfin, leurs objectifs, autant personnels que professionnels.  Vous l’aurez deviné, nous aborderons ce délicat sujet dans la formation « ABC de l’impôt pour abaisser votre charge fiscale ».

 

Vous souhaitez en apprendre davantage sur le sujet ?

Inscrivez-vous à notre formation L’ABC de l’impôt pour abaisser votre charge fiscale

Date
4 février – 8h30 à 16h30

Tarif
549,95$ ACTUELLEMENT EN PROMO, OBTENEZ UN RABAIS DE 20%

Formateur
Réal Petitclerc

 

S’INSCRIRE À UNE FORMATION