Masque médical en milieu de travail

7 avril 2021

Recommandations du masque de qualité en milieux de travail, hors milieux de soins

Le risque de transmission de la COVID-19 par des personnes symptomatiques, présymptomatiques ou asymptomatiques existe, que ce soit entre collègues ou lors de contacts avec la clientèle. Des mesures adaptées au milieu de travail doivent être mises en place en s’appuyant sur la hiérarchie des mesures de contrôle. 

 

La CNESST a créé un document qui présente les principales actions à prendre lorsque la distanciation n’est pas possible. De façon générale il faut :

  • Lorsque les tâches nécessitent absolument d’être à moins de 2 mètres pour une période de plus de 15 minutes sans barrière physique (15 minutes cumulatives avec quiconque pendant le quart de travail), le port du masque médical (de procédure) et d’une protection oculaire (lunettes de protection ou visière couvrant le visage jusqu’au menton) est exigé.

 

Connaissez-vous les critères du masque médical ?

„ Un masque médical est un instrument médical de classe I règlementé par Santé Canada. Les fabricants, les distributeurs et les importateurs d’instruments médicaux de Classe I doivent respecter les exigences de Santé Canada et obtenir une Licence d’établissement d’instrument médical (LEIM).

 

„ Les instruments médicaux de classe I ne requièrent pas d’homologation par Santé Canada. Il n’y a donc pas de liste de tous les masques médicaux répondant aux critères de Santé Canada, contrairement aux instruments médicaux de classes II à IV qui doivent être homologués individuellement.

 

„ Il existe plusieurs normes de qualité qui s’appliquent aux masques médicaux. Les plus utilisées sont la norme de l’American Society of Testing and Materials (ASTM) F2100 aux États-Unis et au Canada et la norme européenne EN 14683.

 

„ Les deux normes mentionnées décrivent trois niveaux de performance basés sur différents critères. Parmi ceux–ci, trois sont communs aux deux normes soit l’efficacité de filtration bactérienne (Bacterial Filtration Efficiency – BFE) à 3 microns, la pression différentielle (respirabilité du masque) et la résistance aux fluides. Notons toutefois que la norme ASTM présente une différence, soit le critère de filtration de particules de taille de 0,1 micron (Particulate Filtration Efficiency – PFE) qui est absent dans la norme EN 14683.

 

„ Dans le contexte de la pandémie de COVID-19, il est préférablement recommandé d’utiliser des masques médicaux répondant à la norme ASTM F2100 (le niveau 1 est suffisant) étant donné la présence du critère de filtration des particules (PFE). Toutefois, l’utilisation de masques répondant à la norme EN 14683 de type IIR4 pourrait représenter une alternative acceptable.

 

„ La CNESST reconnaît d’autres certifications pouvant offrir une protection équivalente à la norme ASTM F2100 niveau 1. Les masques répondant aux critères de la norme EN 14683 niveau 1 et les normes YY/T 0969 ou YY/T 0469 pourraient être des alternatives acceptables. La CNESST recommande toutefois aux milieux de travail de s’assurer notamment que la qualité de fabrication des masques soit uniforme étant donné le contexte où de nouveaux manufacturiers se sont lancés dans la production de masques de procédure depuis le début de la pandémie.

 

Pour de plus amples renseignements sur le sujet consultez l’Institut nationale de la santé publique